Actualité du 14.02.2017

Présentation du programme de législature 2016-2021 du Conseil communal de la ville de Fribourg.

 

Bernhard Altermatt, chef de groupe du PDC de la ville de Fribourg au Conseil général, prend acte du programme de législature 2016-2021 du Conseil communal. Il invite l’exécutif à être plus explicite, notamment par rapport à son programme en matière de politique scolaire. Die Kritik der CVP/glp-Fraktion will konstruktiv sein und den Gemeinderat ermutigen, sich als Team noch stärker um demokratische Transparenz und politische Kommunikation zu bemühen.

« Le groupe démocrate-chrétien/vert’libéral remercie le Conseil communal pour son travail de réflexion et pour le résultat de ce travail, à savoir un document donnant une perspective sur la législature 2016 à 2021. De notre point de vue, ce document trace quelques grandes lignes de la politique communale pour les années à venir. Nous n’irons, par contre, pas aussi loin que de le qualifier de véritable programme de législature. Pour cette qualification, le document nous paraît un peu trop général et finalement peu « aussagekräftig ». Ich erlaube mir, zuerst eine Bemerkung zur Form zu machen und abschliessend eine Frage inhaltlicher Natur zu stellen:

Für ein wirkliches Legislaturprogramm fehlen unserer Fraktion insbesondere die Aufzählung von deutlichen Zielen. Wenn man zwischen den Zeilen liest, kann man durchaus einige klarer zu formulierende Legislaturziele herauslesen. Im Grossen und Ganzen handelt es sich jedoch um Allgemeinplätze, um generelle Wünsche, um Beschreibungen einer minimalen Auslegeordnung der verschiedenen Bereiche, in denen die Stadtverwaltung aktiv ist. Gerne hätten wir für die Bilanz zur Mitte der Legislatur eine deutlichere Formulierung von Zielen für jede Direktion, für die verschiedenen Ämter der Administration und für die unterschiedlichen Politikbereiche. Diese Bemerkung, möchte ich den Gemeinderat bitten, speziell zu notieren.

In dieselbe Richtung geht das Fehlen von Benchmarks und Zwischenzielen – und seien sie bloss provisorischer Natur. Solche Benchmarks erlauben es dem Gemeinderat und dem Generalrat, die Erreichung der Legislaturziele abzuschätzen, die gemachten Fortschritte zu messen und eine bessere Transparenz zu schaffen – und zwar sowohl vorausschauend, wie auch im Rückblick. Ein Legislaturprogramm soll deutlich darlegen, welche Ziele sich die Stadtregierung für die kommenden Jahre setzt. Es soll kondensierte und evolutive Leitlinien enthalten, an denen die Stadtregierung und unser Rat die erreichten Etappen zumindest ansatzweise herauslesen können. Ein solches Programm soll am Ende der Legislatur hervorgeholt, beurteilt und für die nächste Legislatur aktualisiert werden können.

Nous remercions d’avance le Conseil communal d’inclure des éléments plus explicites dans son rapport de mi- et de fin de législature, afin de pouvoir mieux connaître les buts qu’il s’est fixé et qu’il fixe à l’administration. C’est seulement ainsi qu’un programme de législature peut déployer ses effets positifs comme instrument de communication démocratique et de gestion politique – ce qui est, nous en sommes convaincus, l’objectif de l’exercice et l’intention du Conseil communal. J’aimerais abonder, et je le fais volontiers d’une manière plus libre et directe, car c’est ainsi que je conçois notre rôle de parlementaires : Mesdames et Messieurs. Ceci aura, avec une probabilité réelle, été le seul programme de législature que vous aurez présenté ensemble, dans la composition actuelle du Conseil communal, votre équipe, votre législature. Je vous souhaite d’être plus audacieux et plus ambitieux pour votre rapport de mi-législature – si ce n’est que pour léguer à la postérité des archives historiques plus appréciables !

J’aimerais conclure mon intervention avec une remarque  d’ordre général concernant un point spécifique du contenu du document qui nous est soumis: Le groupe démocrate-chrétien/vert’libéral regrette l’absence quasi-totale de références au domaine scolaire. Fribourg est la ville de la formation et de la recherche par excellence, comme le Conseil communal a pu le souligner lors de sa récente rencontre avec les directions des Hautes écoles et le rectorat de l’Université. L’éducation est une des compétences centrales de notre commune – probablement la tâche la plus noble, la plus complexe et ayant les effets les plus durables de notre politique communale.

Nous sommes conscients que tel n’est pas le cas, mais en lisant le document on croirait que la politique scolaire de la ville de Fribourg se résume à construire des bâtiments et à développer l’un ou l’autre site scolaire. Ce sont, là, les seules références qui ressortent du « programme » (je parle de programme entre guillemets) et cela nous paraît trop peu développé. Ces constructions sont mentionnées sur une dizaine de lignes sous l’intitulé « infrastructures ».

Dans un autre chapitre, intitulé « formation et économie », il est bien question de l’université et des hautes écoles (et nous en sommes ravis), mais à part cela, c’est le néant. On n’y trouve aucune trace, par exemple, touchant au développement de la pédagogie et de l’implémentation des méthodes d’enseignement (et nous savons tous qu’il y a un flot continu de réformes à ce niveau) ; aucun élément par rapport à l’organisation scolaire et à d’éventuels changements et améliorations prévues à cet égard – qu’il s’agisse dans les services centraux ou dans les établissements scolaires. Le document ne fait pas non plus la moindre mention quant à la modernisation (effective ou potentielle) de l’enseignement, par exemple des langues, pour ne mentionner qu’un exemple.

Etant donné le peu d’informations contenu dans le document, notre groupe aimerait profiter de cette discussion, pour demander au Conseil communal quels sont ses objectifs et son programme de la législature dans le domaine scolaire (hormis les constructions) ? quels sont quelques buts fixés par la Direction pour son administration scolaire ? quelles seront les changements, réformes et améliorations que la ville entend entreprendre dans le domaine scolaire ? où, l’exécutif, voit-il un potentiel de développement et d’innovation ? Nous remercions le Conseil communal d’avance pour une réponse, en lui souhaitant dans son intégralité une législature fructueuse.

Post-dictum : Ne vous gênez, ne nous gênons surtout pas de viser le « top ten » démographique des villes Suisses. M. le syndic l’a soulevé durant son entré en matière : Fribourg en profitera par rapport à son rayonnement. Il faut que notre ville soit un arrêt incontournable entre Zurich et Berne d’un côté, et Lausanne et Genève de l’autre. J’en prends comme exemple le projet d’une nouvelle exposition nationale, pressentie d’avoir lieu – justement – dans les dix villes les plus grandes du pays. »